immobilier-neuf-ancien-garanties

Neuf ou ancien, quel est le mieux protégé en cas de défaut ?

Publié le dans Uncategorized.

Acheter un logement permet souvent de prendre un nouveau départ, de construire une vie de famille, de se rapprocher de son lieu de travail ou simplement de se constituer un patrimoine. Mais certains nouveaux propriétaires découvrent parfois des défauts ou malfaçons dans leur nouvelle habitation en même temps qu’ils posent leurs cartons. Alors, du neuf ou de l’ancien, quel type d’immobilier les protège le mieux cas ?

Achat dans le neuf : de nombreuses garanties pendant 10 ans

Acheter un logement neuf, en VEFA (Vente en État Futur d’Achèvement), correspond à un achat sur plans. Autrement dit, les futurs acheteurs ne peuvent pas visiter leur bien ne valident que les plans présentés par le promoteur, ainsi que l’environnement en se rendant sur place. En parallèle, le logement répond à toutes les nouvelles normes en matière de confort et de sécurité.

Si le prix d’achat d’un logement neuf est en moyenne plus cher qu’un logement ancien, les garanties qui protègent les acquéreurs sont nombreuses. À commencer par la garantie de parfait achèvement qui couvre les travaux relatifs à tous les défauts signalés durant la première année suivant la remise des clés. Vient ensuite la garantie biennale ou dite « de bon fonctionnement », partie intégrante de l’assurance Dommage-Ouvrage, qui impose au constructeur de remplacer les équipements défectueux pendant deux ans. La garantie décennale, quant à elle, protège les habitants durant les dix années suivantes, des malfaçons constatées au niveau de la construction elle-même.

Le charme de l’ancien et la garantie des vices cachés

termite-vice-cache

De nombreux acheteurs font le choix de l’ancien lorsqu’il s’agit de faire l’acquisition d’une résidence principale ou d’investir dans l’immobilier locatif. Les logements anciens promettent souvent un certain charme et bénéficient en général d’une localisation en centre-ville. Dans ce cas, le dossier de diagnostic technique composé entre autres du DPE (diagnostic de performance énergétique), des diagnostics des installations gaz et électricité, de l’état d’amiante et de plomb, de la surface en loi Carrez etc, informe le futur propriétaire sur les installations et l’état du logement.

La garantie des vices cachés s’applique également lorsque le logement ne peut pas être habité à cause de malfaçons constatées au niveau des fondations, de gros problèmes d’humidité ou d’étanchéité, ou encore si la présence de termites est détectée.

Attention, un vice caché est considéré comme tel lorsque le problème, grave, est antérieur à la vente, invisible à l’œil nu et aurait vraisemblablement annulé la vente ou impliqué une baisse de prix si l’acquéreur en avait eu connaissance.

La protection contre les défauts dans le neuf et dans l’ancien

En résumé, pour des caractéristiques identiques, on observe que les logements neufs sont généralement plus chers de 15 à 20 % par rapport aux logements anciens. Cela ne doit pas faire oublier que l’ancien implique souvent des travaux, petits ou gros, dans les années qui suivent l’acquisition. Travaux de décoration, d’amélioration ou même de rénovation si un ravalement de façade ou la réparation d’une toiture s’impose.

Dans le neuf en effet, seule la décoration est à prévoir et les propriétaires sont protégés grâce à de très nombreuses garanties. Attention toutefois, veillez à ce qu’elles soient bien précisées sur le contrat de vente.